Social Work Migration Project

Exigences linguistiques

Notre recherche démontre que l’adaptation à la langue est un élément central  du processus d’adaptation professionnelle. Les enjeux sont nombreux et les exigences en matière de compétence linguistique ne sont pas toujours claires.

Pour en connaitre davantage sur l’adaptation à la langue, consultez ici.

Au Québec

Les ordres professionnels ne peuvent délivrer des permis qu’à des personnes ayant de la langue française une connaissance appropriée à l’exercice de leur profession, en vertu de la Charte de la langue française, article 35.

La charte reconnaît qu’une personne a déjà cette connaissance si elle a :

  • étudié pendant au moins trois ans, à temps plein, au niveau secondaire ou postsecondaire, dans un établissement qui donne l’enseignement en français (école secondaire, cégep, université) ;
  • réussi les examens de français langue maternelle de la quatrième ou cinquième année du cours secondaire ;
  • obtenu au Québec un certificat d’études secondaires, à compter de l’année scolaire 1985-1986.

Dans les autres cas, cette connaissance est évaluée au moyen d’un examen administré par l’Office québécois de la langue française. Il s’adresse à toute personne qui désire obtenir un permis d’exercice de l’un des ordres professionnels régis par le Code des professions du Québec, dont l’Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec.

Dans le reste du Canada

Le gouvernement fédéral exige un test de compétence linguistique et les résultats devront être inclus dans votre demande d’immigration.

Le  Nouveau-Brunswick est officiellement la seule province bilingue, français et anglais, du Canada. Certains postes de travailleur social exige le bilinguisme, dépendant du type et du lieu d’emploi. Le Nouveau-Brunswick encourage l’immigration des francophones vers la province et offre des incitatifs dans le cadre de son plan d’action.

Il existe des communautés francophones à l’extérieur du Québec. Bien que certains postes exigent le bilinguisme, la majorité d’entre eux exigent uniquement la connaissance de l’anglais.